lundi 10 janvier 2011

Pourquoi j'irai manifester le 23 janvier 2011

La Nausée

Alors voilà... après 212 jours de marasme sans nom, le Belgique n'a toujours pas de gouvernement fédéral. D'après l'état des négociations, il y a peu d'espoir de voir aboutir un quelconque accord dans les semaines, voir les mois à venir.

En effet, une fois qu'un hypothétique accord communautaire sera trouvé entre des partis qui ne se supportent pas, il faudra encore trouver un accord socio-économique entre des partis qui ont des conceptions diamétralement opposées sur les matières sociales, économiques et financières. 

Depuis 212 jours (enfin...en réalité depuis juin 2007 mais ça semble être passé aux oubliettes ça), nos gouvernants se livrent à une mauvaise pièce de théâtre qui ne fait plus rire qu'eux même dans leur tour d'ivoire. Nous serions au théâtre,  les acteurs auraient déjà reçu leur portion de fruits et légumes pourris, le metteur en scène aurait été crucifié, les spectateurs auraient demandé remboursement et auraient peut être même bien bouté le feu à la scène...en laissant les mauvais acteurs au milieu pour faire bonne mesure. Mais dans ce Grand Barnum (dédicace à mon ami @phineas_barnum) qu'est la politique belge, les spectateurs sont, pour leur grande majorité, atones, aphones, écœurés, impuissants.

Personnellement, il y a trois ans, je m'étais lancé dans un exercice de politique fiction que j'ai appelé "Scénario 2007". J'y reviendrai plus bas, mais les événements que nous vivons aujourd'hui concordent avec ce scénario. Il vaut ce qu'il vaut, c'est une fiction mais qui, jusqu'à présent s'est confirmée tout au long des trois années de crise profonde que traverse notre pays. En clair, est ce que tout ceci n'est pas voulu?

Mais revenons à nos spectateurs nauséeux du triste spectacle qui leur est offert qui leur coûte si cher. Car enfin, n'oublions pas que la Belgique est et reste la championne du monde de la taxation à tous les niveaux (IPP, ISOC, TVA, PI, additionels, etc). Les voilà donc sans voix, bras ballants.
Et on ne descend même pas dans la rue, non. C’est pire. Plus personne n’est en colère, ni même effondré. On reste tous paralysés devant tant d’invraisemblance, d’ineptie, d’incohérence, de petitesse et d’irresponsabilité. Paralysés. Et, même, parfois, en plein fou-rire. Pourtant, je te jure, c’est pas drôle. Mais le fou-rire sauve souvent du désespoir.
 comme le dit si bien Marie (@marievh)  sur son blog "La Fille de 1973" .

Camping 16

Heureusement, dans ce concert silencieux des "impuissantés" (copyright Michel Daerden) de la démocratie, un petit village résiste encore. Certains spectateurs ont décidé de demander le remboursement aux acteurs. C'est l'initiative Camping 16...  Pas de gouvernement? Remboursement!

Que faites-vous si vous avez payé pour quelque chose qui ne fonctionne pas, dont vous n'êtes pas content? Vous exigez d'être remboursé. Purement logique. Purement légitime. Pourquoi dès lors, payons-nous tous pour un produit qui ne fonctionne pas comme prévu? (...) Si les politiques ne parviennent pas à former un gouvernement dans les cent jours, alors nous exigerons d'être remboursés. Purement logique. Purement légitime. Pour être bien certains qu'ils ne l'oublient pas, nous le leur rappellerons tout au long de ces 100 jours. Nous ferons le décompte ensemble, sur le trottoir virtuel de la Rue de la Loi, 16.

Personnellement, j'aime l'idée. J'avais d'ailleurs émis l'idée il y un mois que le gouvernement étant en affaires courante, autrement en service minimum, nous devrions aussi payer les ministres au salaire minimum, le SMIC, le RMI, le Minimex! MERDE! On en veut pour notre pognon!

Tout va très bien Madame la Marquise

Bon...soyons réaliste, le remboursement, je ne l'obtiendrai pas, le directeur du théatre est déjà parti avec la caisse, laissant le théâtre Belgique exsangue, vidée, endetté, pardon surendetté et au bord du gouffre financier. Les premières conséquences se font déjà sentir sur les marchés, notre rating ne va pas tarder à baisser, nos emprunts commencent à coûter de plus en plus chers, nos CDS nous dirigent droit dans le mur...mais nos gouvernants ne savent qu'ânonner, toutes autruches qu'ils sont, que tout va bien. Notre chômage régresse (quand même la gloire! 14,1% de chômeurs en Wallonie...pres de 20% à Bruxelles), notre économie est en croissance (enfin, ça c'est sans regarder de trop près à l'inflation)...c'est SUPER on vous dit.

Décidemment, tous ses experts du FMI, de la BCE, les experts bancaires, les économistes: tous des cons! Le gouvernement belge veille et va tous les enfoncer ces imbéciles! Hein? quoi? Nos taux d'intérêts augmentent? Roh les cons! Mais ce n'est pas grave, nos grands acteurs vont résoudre ça en deux coups de cuillère à pot, il y a surement des choses qui ne sont pas encore taxées en Belgique.

SHAME - 23 Janvier 2011

Une autre initiative était celle de @nithou qui proposait de tous nous réunir en silence devant le parlement avec le masque de Guy Fawkes. Symbole de notre ras le bol, l'envie de montrer notre honte face à nos gouvernants et à leur mauvaise pièce. Symboliquement, Simon avait proposé la date du 7 février, anniversaire de la première Constitution belge. Les avatars de twitter ou de facebook se couvrent d'un twibbon "Shame".

Dans le même temps, des étudiants de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) ont de leur côté décidé d'organiser une grande marche dans les rues de Bruxelles en signe de ras le bol. Avec la revendication d'avoir un gouvernement au plus vite.

Plus de deux cents jours sont passés mais notre cher pays est toujours en quête d'un gouvernement stable. Nous avons assisté, impuissants, au cirque politique où les présidents de partis sont appelés et renvoyés sans cérémonie, où l'on fait fi des décisions royales et où les avis de divers organes réputés, désintéressés et indépendants sont foulés aux pieds. Nous en avons assez! (...)Nous considérons que la (mauvaise) politique menée actuellement est un exemple évident du je-m'en-foutisme animant les formateurs du gouvernement. Nous voulons un gouvernement!
Un dialogue ouvert et honnête entre tous les présidents de partis, tant flamands que francophones.
Et ce le plus vite possible!
Pourquoi, moi, je vais marcher?

Ca fait longtemps que je n'ai plus battu le pavé. En règle général, je me tiens à l'écart des manifestations. Simplement parce que je n'y crois pas. Pour moi, les manifestations sont juste une sorte d'exutoire, un promenade où l'on s'auto-congratule d'être venu aussi nombreux. Trois petits tours et puis s'en vont, les personnes ou les organismes visés s'en fichent pas mal, les seules personnes généralement sérieusement emmerdées sont les gens qui doivent travailler et qui se retrouvent bloquées dans les embouteillages causés.

Pourtant, j'ai manifesté dans le passé. J'étais plus jeune (ou moins vieux, c'est selon), je pensais, naïvement, que le fait d'aller exprimer mon opinion dans la rue pouvait changer les choses. Je me suis battu contre décrets iniques dans l'enseignement. Jusqu'à ce jour de 1995-1996...une manifestation calme dans Liège...le passage dans une trémie (un tunnel)...et là, pris comme des rats: la police qui bloque les accès, qui charge, qui tabasse. Le tout sur ordre de JM Dehousse, un socialiste surement hautement attaché à la liberté d'expression et de manifester. Un tabassage bien comme il faut, bien démocratique, bien propre, à la matraque s'il vous plait.
Depuis ce jour, j'évite les manifestations parce que ça ne sert à rien, ça ne change rien et qu'on vous y casse la figure pour bien vous faire comprendre que la liberté de manifester et de s'opposer est bien théorique. A moins que vous ne soyez métallo avec un bulldozer ou fermier avec un tracteur. Généralement là, le police est plus discrète.

Un dernier exemple, la grande Marche Blanche... 300.000 personnes dans les rues de Bruxelles. Il parait que ça leur a fait peur au gouvernement...ils ont fait quelques promesses et "ont tout changé pour que surtout rien ne change".

Et pourtant, cette fois, je vais ressortir. Je vais ressortir parce que j'en ai marre de voir le Gendarme s'amuser sur la scène et qu'il est temps que Guignol sorte pour le frapper de son bâton.

Je vais ressortir parce qu'on a hypothéqué mon présent et mon avenir depuis 60 ans à coup de mauvaise gestion, de séparatisme idiot, de multiplication de niveau de pouvoir, d'endettement massif, de querelle entre sous baronnies locales décadentes. Le retour du moyen âge oui! Et que je refuse que la non-gestion actuelle hypothèque l'avenir de mes enfants. Qu'elles doivent payer pendant encore 50 ans les conneries des adultes qui nous dirigent.
Enfin adultes, ils m'ont tout de même tout l'air d'être frappé du syndrôme de Peter Pan nos édiles! Ils se comportent comme des mômes qui refusent de grandir et se disputent dans un bac à sable.
Je ne vais pas marcher pour demander un gouvernement à tout prix!

Je vais marcher pour que ceux qui nous dirigent deviennent enfin adultes et assument le fait qu'ils ont été ELUS, choisi par le peuple et POUR le peuple!
Je vais marcher pour qu'ils trouvent maintenant des solutions intelligentes, pragmatiques, dans le sens du bien commun et qui assurent un avenir aux personnes qui peuplent la zone géographique encore appelée Belgique!

Je ne vais pas marcher pour la Belgique.
Je vais marcher pour que l'on décide d'un avenir! Qu'il soit commun ou séparé. Même séparé, notre avenir restera commun au sein de l'Union Européenne de tout façon.
Je vais marcher pour qu'on choisisse une direction, quelle qu'elle soit, mais qu'on choisisse et qu'on y aille! Qu'on enterre une fois pour toutes ses querelles communautaires qui empoisonnent la vie des citoyens depuis 60 ans! Que quand il y a un débat, ce soit un débat socio-économique, sur la culture sur ce qu'on veut...mais qu'on cesse avec ce communautaire! Finissons en!
La crise touche le monde entier, et nous...nous on se paie le luxe d'avoir des querelles identitaires dont l'odeur doit parfois même faire défaillir un ancien gardien de fosse commune.


Scénario 2007 (ceci est une fiction) (ou pas) (va savoir...l'histoire nous le dira...)

Je ne vais pas vous quitter sans vous parler du Scénario 2007. Ce scénario est né au mois de septembre 2007, au début de cette longue crise. Et si...la fin de la Belgique était programmé? Ce qui est effrayant, c'est que depuis 3 ans, ce scénario se déroule sous mes yeux...jusqu'à présent, nulle fausse note.

En septembre-octobre 2007, Leterme rame avec son Orange Bleue. Il rame, pire qu'un galérien. Il démissionera, il reviendra, on le remplacera. La crise atteint un point tel que je me suis dit qu'à la prochaine démission Leterme, la Belgique serait cuite.

Il m'apparaissait aussi évident que le modèle belge était à présent à bout de souffle. On l'avait poussé au maximum, il était arrivé au terme d'un long voyage dont l'issue ne pouvait être que sa disparition. Alors en septembre-octobre 2007, les partis se sont réunis. Tous les partis traditionnels et ils ont décidé que l'on devait faire disparaitre le pays. Le scinder, l'achever, le séparer. Le modèle avait été complexifié à outrance et on n'était plus capable de tout détricoter pour repartir. Quand on a un nœud dans les cheveux ou un chewing-gum, la seule solution est de couper.

La décision prise, il fallait l'organiser dans le temps. En 2007-2008 c'était trop tôt. Il fallait préparer les modalités techniques, légaux, planifier etc... disons que ça prendra entre 5 et 10 ans... Parfait...juste le temps de préparer l'opinion!

Et regardez ce qui s'est passé depuis 2007... les partis traditionnels se sont bien retrouvés au gouvernement fédéral. Qui a-t-on placé dans ce gouvernement fédéral? Étonnamment, ou pas - si vous vous mettez dans la perspective du "scénario 2007", le choix s'éclaire justement - des Présidents de partis ou ex-présidents encore bien puissants. Des présidents...et des sous fifres négligeables. Les jeunes pousses, les espoirs, les talents sont placés au niveau des régions et communautés. Or tout le monde sait que ce sont les présidents de partis qui règlent tout...

Ensuite, on organise des crises à répétitions: "voyez, ça ne marche plus"... et...on pousse à l'émergence d'un pion. Utile le pion...il fera son show, d'autant plus convaincu qu'il pensera avoir les cartes en main. Il ne remarquera pas qu'il est piloté à distance par les présidents de partis qui ont besoin d'un bouc émissaire... "regardez, c'est sa faute, c'est lui, le petit nationaliste là!"...et Bart émergea.

Et si tout ce show minable dont on pense qu'il s'agit d'une mauvaise pièce n'était qu'une très bonne pièce destinée à nous préparer à la fin inéluctable de l'Etat belge? une pièce destinée à faire gagner du temps aux marionnetistes derrière leur théatre de guignol?

Moi, je m'en fiche... ensemble ou séparer, je m'en fiche...
Je veux qu'on nous propose un nouveau modèle, un modèle pouvant assurer le futur de nos enfants, la prospérité de nos nations et le bien être d'un maximum de gens.

Alors moi...le 23 janvier, j'irai marcher!